Logo BRGM

Guide sur les techniques de conservation de la pierre

Document de synthèse (19 pages) rédigé par Philippe BROMBLET spécialement pour PierreSud.

JPEG

La conservation est une pratique relativement récente qui a progressivement relayé ou complété les travaux de restauration des objets d’art et des monuments. Ses principes et ses objectifs ont été fixés dans les années 70. La restauration consistait jusqu’alors à restituer un état ancien ou idéal de l’objet, au prix d’interventions importantes. Elle a conduit à des réparations, des réfections, des remplacements de pierre importants, proches de véritables rénovations, voire à des restitutions complètes d’éléments manquants (anastylose). Elle s’est aussi caractérisée par un manque de précaution dans l’utilisation de produits qui se sont révélés par la suite néfastes, dans l’application de traitements inefficaces mais irréversibles et par la mise en œuvre de matériaux (pierres, mortiers) incompatibles avec les matériaux originels.

Par réaction, la doctrine actuelle se caractérise par des objectifs et des principes beaucoup plus prudents. Les interventions sont réduites et doivent modifier le moins possible l’existant et uniquement pour améliorer ses conditions de conservation, son état, son environnement, dans le but de prolonger sa durée de vie. Les produits et les traitements se sont diversifiés. Depuis trente ans, la conservation de la pierre comme celle des autres matériaux a largement bénéficié des progrès considérables des sciences analytiques et des innovations industrielles. Les techniques de conservation de la pierre ont rapidement évolué. Elles intègrent aujourd’hui les analyses de laboratoire les plus diverses, les silicones, les lasers, la biotechnologie, les fibres de verre ou de carbone et bien d’autres produits ou technologies modernes. Produits et méthodes sont dans la mesure du possible réversibles, compatibles avec les matériaux à traiter. Une science de la conservation s’est développée dans des laboratoires de nombreux pays où travaillent des scientifiques spécialisés dans le diagnostic des altérations, l’évaluation et l’optimisation des produits et des techniques de conservation. La démarche qui s’est progressivement mise en place ne consiste donc plus uniquement à intervenir par des travaux de restauration sur l’œuvre, mais à procéder par les étapes suivantes :

  1. établir un diagnostic des dégradations lors d’une étude préalable aux travaux,
  2. supprimer les causes des altérations en agissant en amont sur l’environnement,
  3. restaurer l’œuvre (réparer, compléter et consolider)
  4. protéger l’œuvre restaurée de dégradations possibles futures en assurant son entretien.

Depuis une dizaine d’années, une nouvelle démarche est venue progressivement compléter cette approche pour limiter encore plus les interventions. Il s’agit de la conservation préventive.

© 2017 BRGM  — Mentions légales — Conditions d’utilisation — Nous contacter —  Flux RSS — Espace privé
BRGM – Centre scientifique et technique – 3 avenue Claude-Guillemin – BP 36009 – 45060 Orléans Cedex 2 – France – Tel. : +33(0)2 38 64 34 34
Logo DRAC Logo BRGM Logo CICRP Logo Europe