Logo BRGM

Vocabulaire des métiers de la pierre

Les professionnels de la pierre, carriers, marbriers et « granitiers », ont développé à partir de la seconde moitié du XIXe siècle en France, leur propre nomenclature des pierres, en correspondance plus ou moins étroite avec les classifications des géologues.

Marbres & pierres marbrières

Les professionnels qualifient de « marbre » (au sens large) un ensemble de « roches principalement calcaires, dolomitiques ou serpentineuses susceptibles de prendre un beau poli et donner un effet décoratif, tantôt ramagé et non uniforme, tantôt unicolore ». Cet ensemble inclut les marbres au sens strict (roche métamorphique), mais également d’autres roches parmi lesquelles les brèches ou les onyx. Cette dernière définition s’inspire en partie de celle déclinée sous l’empire romain où marbre (marmor) désignait l’ensemble des roches prenant le poli. Ils désignent par « granits » (sans « e ») l’ensemble des roches plutoniques et non les seuls granites (avec un « e ») au sens géologiques. Ils parlent de « laves » pour désigner sans distinction de types, diverses roches (volcaniques) ornementales et de construction issues du refroidissement de coulées volcaniques à la surface de la terre. Les professionnels de la filière pierre parlent également de « pierres marbrières » pour désigner les roches calcaires suffisamment dures et compactes, pour prendre le poli et avoir des usages décoratifs identiques aux marbres (au sens large).

Pierres ornementales & pierres de construction

Les pierres ornementales désignent tous types de roche (magmatique – volcanique ou plutonique, sédimentaire, métamorphique) assez dure et compacte (densité supérieure à 2500 kg/m3 en général) pour prendre le poli, et montrant des caractéristiques esthétiques (en termes de couleurs et motifs notamment) suffisantes afin d’être commercialisable pour un usage décoratif. En terme de nature géologique de la roche, elle rassemblent notamment des marbres « vrais », des granites et des gneiss (« granits » des artisans de la pierres), des basaltes, andésites ou trachytes (« laves »), des brèches sédimentaires ou tectoniques, ainsi que des calcaires très durs et compacts (« pierres marbrières »).
Par le passé, la proximité des carrières et la facilité d’approvisionnement ont pu faciliter pour des édifices locaux, la mise en œuvre de roches à vocation ornementale comme « simple » pierre de construction. Toutefois, la plupart des roches étaient et pour certaines sont encore aujourd’hui extraites du sous-sol pour le seul emploi en matériau de construction. Il s’agit de roches sédimentaires majoritairement, carbonatées (craies, calcaires, dolomies), ou détritiques (grès et molasses). Ces pierres sont souvent assez poreuses et suffisamment tendres pour en faciliter l’extraction en carrière et la taille, ainsi que la manutention et le transport des blocs.

Pierres de couvertures

Il faut également mentionner certaines roches sédimentaires (calcaires en plaquettes, grès lités), métamorphiques (ardoises, schistes, micaschistes, gneiss) voire volcaniques (certaines trachytes et phonolites notamment), mises en œuvre comme matériau de couverture, du fait d’une structure orientées favorisant le débit naturel en dalles. Ces pierres sont généralement dénommées « lauzes » (« laves » en Bourgogne) et se retrouvent en toitures et parfois même en revêtement de certains murs anciens.

© 2017 BRGM  — Mentions légales — Conditions d’utilisation — Nous contacter —  Flux RSS — Espace privé
BRGM – Centre scientifique et technique – 3 avenue Claude-Guillemin – BP 36009 – 45060 Orléans Cedex 2 – France – Tel. : +33(0)2 38 64 34 34
Logo DRAC Logo BRGM Logo CICRP Logo Europe